Pocket: Hoquet

Le hoquet est un spasme involontaire du diaphragme qui se répète et qui est suivi de la fermeture rapide des cordes vocales. Le spasme se produit entre deux inspirations normales et fait un bruit particulier. Le diaphragme est le muscle mince qui se trouve sous les poumons et le cœur et qui sépare la cavité thoracique de l’abdomen. C’est le muscle principal de la respiration. Causes On ne connaît pas la cause exacte du hoquet. Les personnes atteintes de cancer peuvent avoir le hoquet sans raison évidente,

Source : Pocket: Hoquet

C’est un reflexe respiratoire, caractérisé par une contraction spasmodique d’un côté ou des deux côtés du diaphragme. Parfois, les muscles accessoires de la respiration (scalènes, intercostaux, abdominaux) peuvent être aussi intéressés.

Ce phénomène tellement bénin qu’on n’y porte guère d’autre attention que de se moquer de la personne qui en est épisodiquement atteinte, devient, en soins palliatifs, une cause majeure d’inconfort pour le patient quand il dure ou se répète très régulièrement pendant des jours entiers, interrompant le sommeil, aboutissant à un épuisement, une anxiété, voire une perte de poids.

Principales causes

Le réflexe du hoquet implique

des fibres afférentes : le nerf phrénique, le nerf pneumogastrique, et des fibres sympathiques thoraciques diverses,

un zone centrale réflexe, non spécifiée,

des fibres efférentes : principalement le nerf phrénique

L’irritation du nerf pneumogastrique peut avoir lieu

au niveau abdominal (tumeur gastrique, hépatomégalie, pancréatite, péritonite),

au niveau thoracique (oesophage, pneumonie, coronarite),

au niveau laryngé ou pharyngé,

au niveau de l’oreille ou des méninges.

L’irritation du nerf phrénique peut se faire

soit à l’état sus diaphragmatique (tumeur médiastinale, pharyngée),

soit à l’étage central (différentes lésions neurologiques, intoxication alcoolique, insuffisance rénale).

Traitement

Il n’y a pas de médicament bien spécifique.

La stimulation du pharynx constitue un moyen mécanique simple de soulager le hoquet. On stimule le fond du pharynx avec une petite sonde nasale et on obtient généralement en moins d’une minute une cessation du hoquet.

Les ‘moyens de grand mère’ que nous avons tous appris sont généralement basés sur cette stimulation indirecte du fond du pharynx (boire longtemps et doucement, faire peur en criant par exemple).

Des médicaments peuvent être prescrits : métoclopramide (Primpéran™), siméticone (Météoxane™) peuvent être utiles. Certains prescrivent de petites doses d’halopéridol (Haldol™) ou de chlorpromazine (Largactil™).

En fait, le plus souvent apparemment bénin, ce symptôme peut entraîner une invalidité majeure.

 

Leon Bérard s’interroge : nutrition & cancer


Interroger nos patients de l’hôpital de jour sur des thèmes sociétaux et mettre à disposition les résultats sous forme d’infographie
: une nouveauté que nous proposons depuis début 2016 pour mieux comprendre l’impact de la maladie du cancer sur le quotidien.
Le questionnaire est distribué durant une semaine à l’hôpital de jour et les résultats vous sont restitués sous une forme visuelle sur le site internet.

Source : Leon-sinterroge-6-nutrition-cancer-HD.jpg (800×2000)